Diouk & Diablo

La vie et les activités de Diouk et Diablo, deux jeunes Border Collie, au troupeau, en dressage, en stage chez Philippe Heintz et dans la vie de tous les jours, mais aussi la vie et la réhabilitation de chiens en famille d’accueil à « la ferme du bonheur »

13 novembre 2014

Et si les chiens de la FDB avaient un compte Facebook

Salut lecteur,

Comme tu l’as constaté, la période que traverse la « ferme-du-bonheur » n’est pas très gaie, triste même, alors aujourd’hui, pour essayer d’ajouter un peu de joie à tout ça, j’ai imaginé quelque chose. En fait, je me suis demandé comment serait la vie si les chiens avaient eux aussi leur compte Facebook… C'est un peu beaucoup anthropomorphique mais bon, ça m'amusait, et puis ça rassure un peu...

 

Facebook5

Facebook4

Facebook35

Facebook3

Facebook2

Facebook1

 

 




09 novembre 2014

Bonne route petit Doug.

Bonsoir,

Une fois de plus cette année, une nouvelle très triste, notre Doudou national nous a quittés.

DSC_0055

Douglas, Doug, Doudou… Adopté il y a quatre ans par le fiston, Seb, Doug a toujours été sourd. Le pari d’accueillir un chien sourd en ville était un pari audacieux. Pour Seb, il a été impératif de devenir un repère visuel pour lui, parce qu’il ne pouvait compter sur rien d’autre. En appartement, au deuxième étage, il fallait le sortir, l’emmener au parc. Doudou rencontrait d’autres chiens régulièrement dans ce cadre, mais à « la-ferme-du-bonheur » aussi évidemment.

C’était vraiment une particularité de Doug, était-ce lié à sa surdité ? Je ne sais pas, mais tout animal qui arrivait à portée de vue était le bienvenu, les chats d’abord, mais également les chiens. Il n’a jamais montré la moindre animosité envers un autre chien, il allait facilement au contact, Doug aimait tout le monde, et tout le monde aimait Doug. Il s’est simplement fait pincer une fois par une chienne, mais sans gravité, et ça n'a rien changé, il n'en a tenu rigueur à aucun chien.

Par des gestes, Seb a réussi a lui apprendre des choses, comme le rappel par exemple. C’était parfois assez comique d’ailleurs, parce que le premier réflexe était évidemment de l’appeler, et quelques secondes après, il fallait attirer son attention par des mouvements, un peu à l’image d’un agent de piste guidant un avion. Mais lorsque Doug nous avait vu, il obéissait à un simple petit mouvement, en tendant le bras et en le ramenant vers soi.

DSC_0043

Doug avait une sensibilité particulière, il n’aimait pas trop qu’on approche la main de son museau, il faisait mine de pincer, mais ne touchait jamais, simplement pour avertir. Seb connaissait bien son chien, et s’occupait bien de lui, le soignait et lui apportait toute l’affection tactile qu’un chien sourd ne peut avoir par la voix.

Par la suite, Seb est revenu à la maison, avec Doug évidemment. Le chien s’est évidemment adapté immédiatement. Il prenait un plaisir non dissimulé à arpenter le terrain, la truffe au sol, à la recherche d’on ne sait quoi, de préférence peut-être le truc le plus dégueux sur le terrain, comme les autres.

La forme de Doug a diminué assez rapidement, puis il a perdu la vue progressivement…

Doug aura été un chien important ici, un chien singulier, par son handicap bien sûr, mais aussi par ses rapports avec les autres chiens, toujours étonnamment simples... Et sa langue bleue bien sûr.

DSC_0046

Le souvenir qui restera de lui sera ce côté débonnaire, ce côté jovial, toujours partant, pour suivre son maître, ou rencontrer un nouveau congénère… Merci à Seb d’avoir pris soin de lui, et bonne route à toi petit Doug.

 

DSC_0042

89350782_o

DSC_0035

DSC_0036

DSC_0037

DSC_0062

DSC_0049

DSC_0056

DSC_0060

DSC_0061

DSC_0109

DSC_0063

DSC_0064

DSC_0091

DSC_0093

Posté par rapata à 18:15 - 02- La vie des chiens adoptés - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


28 octobre 2014

Magic mushroom !!!

Salut les amis !

Ce week-end, Canicamp jouait à l’extérieur. Samedi après-midi, après avoir rendu les différents pensionnaires à leurs maîtres respectifs, nous avons chargé l’auto. Sacs, appareils photos, grosses chaussures, vêtements chauds, un quart de douzaine de chiens, deux sacs de croquettes, gamelles… Puis nous avons pris la route.

Environs 4h30 plus tard, nous appelions Karine :
« Karine ? Oui ! Nous sommes bien au lieu-dit que tu nous as indiqué, mais nous sommes dans une cour, au bout de la route ! »
« Mais ? … Bon, retournez à la fourche où le lieu-dit est indiqué, je vous y rejoins ! »
« Ok ».

Nous faisons demi-tour, et quelques minutes plus tard, Karine arrive. Nous avons fait demi-tour une nouvelle fois et sommes retourné à la fin de la route où nous étions, pour nous rendre compte qu’après la bosse, il y avait une autre maison… Oui oui, environ vingt mètres après. Nous étions donc arrivés, mais pas trop.

NEW_11882

NEW_11887

Il s’est rapidement mis à pleuvoir, nous avons sorti les chiens, Diablo, Diouk et puis Djazzy.

Vous avez compris ? Djazzy est arrivée à la maison en décembre 2013, en famille d’accueil. Très rapidement, nous nous sommes rendus compte que la petite avait un instinct de troupeau assez prodigieux. Fabienne est donc allée voir nos amis Philippe Heintz et Claudine Bestautte, pour tester la chienne sur les moutons. Les tests ont été très concluants, au dessus même de ce que nous avions imaginé. A la maison, Djazzy était obnubilée par les chevaux, elle développait des dérives et n’avait plus que ça en tête. Nous cherchions obstinément un adoptant avec des animaux, pour qu’elle puisse travailler et satisfaire cet atavisme. Il y a quelques temps, nous avons accueilli trois chèvres angora, qui font désormais partie de la « famille ». Fabienne a donc mis Djazzy en contact avec elles, pour la faire travailler un peu.

A partir de là, Djazzy a radicalement changé de comportement. Avec les autres chiens d’abord, mais aussi avec nous. Elle est rapidement devenue plus ouverte à la maison, plus attentive à nous et aux autres chiens. Nous avons rapidement constaté que lorsque cet instinct était un minimum satisfait, elle présentait des qualités tout à fait intéressantes. Avec les autres chiens par exemple, elle possède une faculté innée à s’adapter. Face à un chien craintif, elle fait tout pour le mettre en confiance, se couche sur le côté et l’appelle par de petits mouvements de pattes. Avec un chien trop virulent, elle multiplie les signaux et postures d’apaisement. Ça fonctionne à merveille et on peut même dire qu’elle a participé de belle manière à la cohésion du groupe, à l’équilibre.

Aussitôt qu’elle ne satisfaisait pas cet instinct, les dérives revenaient, et Djazzy se refermait, plus du tout attentive à ce qui l’entourait.

NEW_11809

Karine, bergère photographe, ou photographe bergère, photorgère en réalité, nous a proposé de prendre à son tour Djazzy en famille d’accueil. Elle et son compagnon ont une trentaine de moutons, et déjà deux border collie, Vache et Aquila. Oui, c’est un curieux non pour un chien, étonnant même… Comment peut-on appeler un chien Aquila ?

Aquila.

NEW_11816

Vache.

NEW_11814

Aquila.

NEW_11815

Ce week-end, nous nous sommes donc rendus en Auvergne, pays étranger, contrée lointaine qui m’était complètement inconnue, pour transmettre le flambeau. Alors l’Auvergne, c’est beau. Oui, mais c’est un endroit hostile, et nous savions avant de nous y rendre que des gens mangent d’autres gens là-bas, mais qu’importe ! Nous n’avons écouté que notre courage, pour le bien de Djazzy, et avons pris tous les risques pour elle, pour son bien-être ! Nous avons emprunté chemins et forêts sombres, avons déjoués les plans méphistophéliques des vils autochtones, évités pièges et embuscades des trolls et lutins espiègles, tapis dans l’ombre, prêts à vous arracher le cœur, ou à vous poignarder dans le dos, la peur au ventre, pendant des heures et des heures, de sueurs froides en tremblements, dans notre fidèle carrosse, qui a tenu bon cette fois… Dieu merci…

NEW_11840

Bon bref…

Plus sérieusement maintenant, et spécialement pour mes copines éducatrices, avides de faits d’hiver (méga lol, ‘tain j’ai bouffé un clown ce matin), en voici quelques uns, de faits !

Djazzy a toujours eu des rapports assez difficiles avec les étrangers, distante, elle n’accepte jamais le contact tout de suite, régulièrement même, elle aboie, en le mettant bien en garde l'étranger !

NEW_11879

Ce qui est absolument stupéfiant, et je pèse mes mots (souvent lourds), est que Djazzy s’est d’abord immédiatement entichée de la maîtresse de maison, au contact tout de suite, en confiance, sans réserve, mais surtout qu’elle a trouvé une place tout de suite, dans un panier. Plus que rapidement, Djazzy ne s’est plus occupée de nous, elle a tout de suite pris de nouveaux repères, elle entrait et sortait avec Vache et Aquila, écoutait les consignes de Karine et Bruno, se posait, naturellement.

Très clairement, et sans interprétation vaseuse, Djazzy a basculé en l’espace d’une heure ou deux. Nous ne sommes pas nés de la dernière pluie, nous avons fait adopter une bonne trentaine de chiens, et pour la plupart, les avons vus quelques mois après leur adoption dans leur nouvel environnement. Nous savons pertinemment qu’un chien change de cadre en trois jours maximum, et pour une majorité d’entre eux en une journée. Mais cette fois, en étant sur place, en insérant un élément perturbateur dans l’intégration de la chienne dans son nouveau foyer (nous-mêmes), puisqu’elle n’avait que ça comme repères connus (Diouk et Diablo compris), nous avons eu l’impression d’avoir vu les choses se faire encore plus vite.

Le terme de bascule est vraiment le plus adapté. Nous avons passé deux nuits sur place, la première avec elle, Diouk et Diablo dans notre chambre, et la deuxième en la laissant dormir avec Vache et Aquila en bas. A aucun moment, je dis bien à aucun moment, Djazzy ne s’est appuyée sur nous pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, parfois même, elle nous ignorait. Nous avons eu droit à une belle fête le matin, alors qu’elle avait dormi sans nous, mais elle n’est pas allée plus loin, elle ne nous a jamais collés. Un peu comme si elle avait intégré le fait que sa nouvelle « maison » était là. Ça paraît complètement anthropomorphique, mais l’impression qu’elle avait intégré l’idée de changer de cadre de vie en arrivant sur place, voire même avant est vraiment là, oppressante et dérangeante. Est-ce lié à notre propre comportement depuis quelques semaines ? Nous ne l’avons pas ignorée sur place, nous ne l’avons pas rejetée, bien au contraire, comment expliquer cette bascule, cette adaptation éclair ? Comment expliquer qu’en seulement quelques heures, nos règles n’existent plus, que nos consignes, notre rappel, deviennent moins efficaces que les leurs ?

Tout ceci est proprement incompréhensible pour nous, et plus le temps passe, plus les interrogations sont gênantes. Comment un chien qui n’a jamais vu sa future maîtresse lui saute sur les genoux à peine la portière ouverte, et ne la lâche plus du week-end (Billy) ? Comment un chien saute dans une auto d’inconnus et ne nous regarde plus (Tahn) ? Comment un chien ne s’occupe plus de nous, alors qu’il n’avait que nous comme repère ? Pourquoi un chien change de comportement à partir du moment où Fabienne est au téléphone avec son futur adoptant ?

Oui, notre comportement a une influence, dans tous les cas, mais comment expliquer qu’un chien bascule d’un maître à un autre, d’une famille à une autre, d’un cadre de vie à un autre aussi rapidement ? Parfois en quelques minutes ? Hein, comment ?

Bref, toutes ces questions ne trouveront peut-être jamais de réponse, quoi qu’il en soit, nous avons passé un week-end délicieux, au propre comme au figuré, avec des gens singuliers, mais extrêmement intéressants, accueillants, cultivés… Le tout au milieu des animaux, un peu comme à la maison. Nous avons vu Djazzy avec les moutons, Fabienne l’avait déjà vue sur un lot d’animaux conséquent, pas moi, et c’est vraiment étonnant. Une volonté étonnante, mais une vraie douceur, de l’énergie sans agressivité. Nous n’avons que rarement vu un chien inexpérimenté au troupeau dégager les moutons de la clôture avec une telle facilité, comme si c’était naturel, comme si passer entre les bêtes et le filet était la seule chose à faire, il n’y a que quelques centimètres mais elle sait que c’est ce qu’il faut faire pour garder la gestion du lot, ça passe, en douceur, mais avec une grande fermeté.

NEW_11801

NEW_11804

NEW_11792

NEW_11793

Karine arrive déjà à faire beaucoup de choses avec Aquila. Et sans rien enlever à cette chienne, je pense qu'elle va découvrir progressivement autre chose, elle va prendre confiance très rapidement, avec une nouvelle chienne à la fois très fine, mais qui lui pardonnera ses quelques erreurs par son savoir faire inné, la maîtresse va donc comprendre, puis apprendre elle aussi, et dans quelques temps, nous espérons qu’elle partira avec Djazzy, et qu’à la voix, les animaux se déplaceront comme elle l’aura décidé, tout en douceur, et qu’à partir de là, Aquila, et peut-être Vache apprendront eux aussi.

Re bref, nous avons passé un week-end étonnant et beau, nous avons appris des tas de choses, en avons découvertes aussi, et nous espérons retourner chez les sauvages dans quelques temps, pour constater les progrès de la belle, et peut-être aussi nous délecter de cèpes, girolles ou coulemelles, de bons vins naturels, de soupes du jardin, et de lumières naturelles.

Merci à vous.

 

Le site photo de Karine.

http://lumieres-naturelles.fr/

 

Mes photos sont un peu plus modestes, mais je ne suis pas mécontent de quelques unes.

NEW_11784

NEW_11777

NEW_11778

NEW_11780

NEW_11806

Diablo dans ses oeuvres, toujours très élégant.

NEW_11821

NEW_11822

NEW_11823

NEW_11824

NEW_11838

NEW_11830

NEW_11831

NEW_11836

NEW_11874

NEW_11859

NEW_11861

NEW_11864

NEW_11873

NEW_11890

NEW_11878

NEW_11879

NEW_11885

NEW_11902

NEW_11890

NEW_11893

Magics les mushrooms :

NEW_11913

NEW_11894

NEW_11905

 

Pour la suite des mushrooms, c'est par ici :

http://rapata.canalblog.com/archives/2014/10/28/30851397.html

 

Bonne route Djazzy :)

NEW_11794





Fin »