Diouk & Diablo

La vie et les activités de Diouk et Diablo, deux jeunes Border Collie, au troupeau, en dressage, en stage chez Philippe Heintz et dans la vie de tous les jours, mais aussi la vie et la réhabilitation de chiens en famille d’accueil à « la ferme du bonheur »

27 février 2015

600, oui madame, oui monsieur : 600 !

Aujourd’hui, parce que vous êtes sympa, et aussi surtout parce qu’il s’agit là du 600ème billet du D&D blog : « Et si les chiens avaient des comptes facebook ? »  Bon, il est vrai que si on suit un peu le blog de Diouk et Diablo, on comprend plus de choses ;) Et comme d'habitude, il est préférable de le lire du bas vers le haut.

Après le 1,

D&D Facebook I

Après le 2,

D&D Facebook II


Voici le retour de la vengeance des poilus sur Facebook !

Facebook1

Facebook2

Facebook3

Facebook4

Facebook5

Facebook6

Facebook7

 

Posté par rapata à 20:35 - 06- Balades et vie de tous les jours - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



22 février 2015

Enfumage !

Salut les amibes !

Aujourd'hui, tu n'es pas obligé, mais si tu as le temps, tu peux te munir d'une dizaine de sachets de Curly, de douze bouteilles de ta boisson préférée, de préférence pas trop alcoolisée, et tu peux t'installer, confortablement, attention, billet fleuve ! Long comme la queue d'Oumak !

90972581

Ce blog, à l'origine destiné simplement à laisser une trace et à marquer certains événements de la vie de Diouk, puis de Diablo, a changer progressivement de forme, le contenu s'est affiné, perfectionné. De novices, nous sommes passés à amateurs, puis il fallait comprendre, étudier... Comme vous l'avez constaté, si vous suivez the D&D blog depuis le début, notre façon de voir le chien a considérablement changé. Pensez donc bien à regarder la date des billets lorsque vous lisez le blog.

Aujourd’hui, nous sommes professionnels du chien tous les deux, Arween pour la pension, et moi-même en tant que conseiller en éducation et comportement canin. Attention, ceci ne veut pas dire que nous n’avons pas l’un et l’autre les mêmes compétences, au contraire. Nous discutons en permancence de tel ou tel chien, de telle ou telle vidéo vue sur le net, de certaines façons de faire ou d’autre...

Récemment, j’ai lu un billet sur un autre blog, assez suivi manifestement. Il semblerait, selon la personne qui l’alimente, que deux raisons peuvent faire que certaines personnes dorment avec leur ou leurs chiens : Ou parce qu’ils n’ont plus de sexualité, ou parce qu’ils ont une tendance à la zoophilie.

La question que je me suis donc naturellement posée est la suivante : “Nous qui dormons toute l’année avec 6 ou 8 chiens, de quels troubles souffrons-nous donc?”

Une première conclusion serait probablement que nous aimons partouzer avec un bon groupe de chiens...

La vérité est toute autre, et rassurez-vous, nous nous portons très bien.

J’en arrive donc, laborieusement comme d’habitude, à l’objet de ce billet. Comment peut-on évoquer la vie d’un groupe de chiens, la notion de hiérarchie, le fumeux concept de la dominance, sans côtoyer ce groupe au plus près, sans en connaître toute la vie, tous les rouages, toutes les composantes ?

Chrystal flaire bien les anarques !

NEW_13045

Parce qu’il faut bien être conscient d’une chose tout à fait incroyable : la plupart des “éducateurs dafalgan”, pour ne pas dire tous, ne vivent pas avec leurs chiens, ils sont séparés la nuit, une partie de la journée, et ont leur place dans un chenil, un box, ou une pièce distincte, et la plupart du temps également, séparés les uns des autres. Cet état de fait n’est pas grave en soi, tant que le chien en question peut satisfaire ses besoins physiologiques et psychologiques, mais la question qu’il faut se poser est la suivante : “Quel crédit accorder à une personne qui ne côtoie ses chiens que lorsque ça l’arrange ? Pour une balade ou pour le travail ? Qui peut prendre en compte les <vérités> d’une personne qui ne connait d’un groupe de chiens qu’une facette ? Et qui en tire des conclusions ?”

NEW_13062

La vie d’un groupe de chiens ne se cantone pas à deux ou trois activités dans une journée, un groupe évolue, les individus sont en constante interraction les uns avec les autres, chaque activité, sortie, le repas, le coucher et même les phases de repos, sont des éléments d’une vie sociale. Cette vie sociale obéit à des règles, c’est une évidence, chaque chien assimile des règles, assimile des limites à ne pas franchir face à ses congénères, des affinités se créent, certains individus s’évitent, chacun adapte son propre comportement dans le but de favoriser la cohabitation.

En aucun cas, je dis bien en aucun cas, un individu devient le chef du groupe dans tous les cas, c’est à dire ce que certains appellent le chef de meute. Ceux-là même qui vous expliquent que vous, humain, devez devenir dans pareil cas LE chef de meute. Dans un premier temps, nous sommes des hommes, et ils sont des chiens, ils ont parfaitement intégré le fait que nous ne sommes pas de la même espèce. Dans un deuxième temps, un groupe de chiens ne comprend pas un chef, un sous-chef, un sous-sous chef... Il ne s’agit pas du castorama de Saint-Etienne !

Castorama

En revanche, ce qui est désormais maintenant une évidence, est que certains individus se démarquent lors de certaines activités. Les phases de jeu par exemple, sont régulièrement lancées par un ou deux individus. Ceci créé une dynamique dans le groupe, joviale, mais amène aussi parfois des tensions. Certains ont tendance, comme Diablo, à surveiller les ressources alimentaires, d’autres à surveiller les mouvements proches du “territoire”.

Ibi : " La vérité, j'crois que j'ai vu un truc, enfin je crois hein ! "

NEW_13066

Ces mêmes personnes, littéralement à côté de la plaque, nous expliquent couramment, que l’idividu Alpha a tous les droits, qu’il se couche où il veut, et que les autres le laissent prendre sa place. Il s’agirait du chien dominant.

Le moment du coucher est une séquence intéressante, certaines places sont bonnes, parce que plus confortables j’imagine, mais il n’y a pas de compétition, celui qui a trouvé une place intéressante s’y installe, et les autres vont ailleurs. Parfois c’est un individu, parfois c’est un autre. Quelques chiens arrivent à conserver un emplacement, parce qu’ils se couchent avant les autres, ou parce que cette place n’est jamais convoitée. Jamais aucun chien n’a viré un autre chien parce qu’il voulait sa place, jamais.

NEW_12766

Parfois, dans des cas très rares, un chien possède suffisamment de charisme pour gagner presque instantanément le respect des autres, sur des dizaines, ou plutôt des centaines de chiens rencontrés ici, une poignée seulement avait cette particularité. Dans d’autres cas, certains individus arrivent à gagner le respect, par leur comportement sûr, très cohérent, par des décisions ou des messages très clairs et surtout indiscutables. Lorsqu’une chienne par exemple, ne veut pas qu’un mâle l’approche, elle l’envoie bouler, par deux aboiements, en lui montrant les dents, en grognant. Si le message est lancé avec assez de clarté, et surtout avec assez de conviction, le mâle n’aura même pas l’idée d’y revenir, il ne s’agit pas de dominance, il s’agit de métier, d’expérience, et éventuellement de caractère.

Ce chien là, par exemple, peut impressionner l'humain, en aucun cas un autre chien... Pour l'instant.

NEW_13028_2

Le rôle du maître, face à un chien, ou face à dix chiens, n’est en aucun cas de “dominer”, pour la simple et bonne raison que ce phénomène n’existe pas dans un groupe de chiens. Il s’agit de gagner le respect, en agissant de manière à ce que chaque chien apprécie votre assurance, votre conviction, et qu’à partir de là, il soit naturellement amené à vous suivre, et à suivre vos consignes. C’est un véritable travail, très difficile.

Régulièrement, il faut fixer des règles, des limites à ne pas franchir, et c’est là que le bât blesse dans le discours des extrémistes du “tout positif” cette fois, selon certains, le non n’existe pas. Ces règles se posent pourtant simplement en faisant comprendre à certains, voire à tous les individus, que ça, non, ça ne se fait pas !

Le “non” existe, le “stop” existe, le “mais vindieu de boudiou, ça va se terminer ce merdier” existe, et il doit exister. Certaines choses ne sont pas tolérables, courir après les chevaux n’est pas tolérable, parce que dangereux !

Un cheval est dangereux pour un chien, une chèvre peut l'être aussi.

NEW_12145

Connaitre cela, en le vivant, jour et nuit, avec un groupe de chiens conséquent, nous montre clairement qu’il n’est pas, et qu’il ne sera jamais question de “dominer” un chien par la force et que la recherche du conflit, et pour certain c’est presque une marque de fabrique, est une ineptie.

En plus clair, certains vous expliquent qu’un chien n’a pas à grogner un humain, que ça ne se fait pas, qu’il faut interdire celà, en lui faisant comprendre clairement, en le “dominant”. Alors oui, mais non en fait. Si un chien grogne, c’est qu’il a une raison de le faire, il communique, oui monsieur, oui madame, il communique ! Essayer de dominer un chien dans ces circonstances relève de la psychâtrie. Un chien grogne parce qu’il sent un danger, parce qu’il a peur, parce qu’une situation similaire est bien ancrée dans sa tête et ne lui a pas vraiment apporté de bonnes choses. S’il a peur, on essaie de gagner sa confiance, s’il sent un danger, on lui montre graduellement qu’il se trompe, s’il est conditionné à grogner dans certaines situations, on le déconditionne... Lui rentrer dedans à ce moment là, c’est à dire ajouter une aversion supplémentaire, est simplement l’inverse de ce qu’il faut faire, et c’est pourtant le fond de commerce de certains, prouver qu’on sait braver le danger, qu’on sait dominer un chien, par la force, le tout en évoquant un terme très mal venu ici : la communication.

Ce chien communique pourtant, quel besoin d'engager le conflit ?

NEW_12345

Il semblerait, je dis bien “il semblerait”, que rien ne soit tout blanc... Curieusement, il semblerait aussi que rien ne soit tout noir. Oui, d’un côté on entend qu’il ne faut jamais réprimander, absolument jamais, et de l’autre, qu’il faut dominer, à tout prix. Tout cela, de la part de personnes qui côtoient quelques chiens de temps en temps. Un peu la journée, un peu pour le jeu, un peu pour le travail.

Mettons donc tout le monde d’accord. Dans la masse “d’éducateurs”, de “grands noms” du “monde du chien”, de “spécialistes”, “d’experts”, combien côtoient les chiens ? Je veux dire vraiment ? Combien ont une véritable expérience de la vie de groupe ? Combien le vivent ? Je ne parle pas d’un groupe de deux chiens, installés dans le garage depuis six ans, je ne parle pas non plus d’un groupe de quinze chiens, installés vachement individuellement dans leurs cages, je parle d’un groupe de chiens, de six, huit, dix, douze... Qui passent les 24 heures qui composent une journée en groupe, avec eux ? Combien ?

Les "enfants" avec les chiens.

OK_NEW_12327

Nous en connaissons, certains le font depuis des années. D’autres en revanche, proposent tout un tas de services, en lançant de grandes théories, des images ineptes, de chiens “agressifs” (surtout morts de trouille), avec comme seule expérience d’un groupe de chiens dix petites minutes par jour (peut-être), le tout bien évidemment en dénigrant l’intégralité de ce que font les autres (et dans les autres il y a nous).

La plupart des novices ont cette notion de dominance bien installée à l’esprit, pour la simple et bonne raison que leur grand-mère leur en parlait lorsqu’ils étaient petits, et qu’aucun autre discours ne leur est jamais arrivé aux oreilles. En surfant sur cette vague, et en discréditant toute autre idée, l’éducateur dafalgan donne a ses adeptes exactement ce qu’ils veulent entendre (avaler), ce qui leur plaît, ce qui les flatte, et c’est de cette manière qu’on enfonce le clou (rouillé et tordu de préférence), bref la définition même de la démagogie.

Le respect ne se gagne pas par la force, il se mérite, lorsqu’un chien me fait comprendre que je ne mérite pas son respect, je me remets en cause, et ça arrive, j’ajuste, je change, mais jamais personne n’a gagné le respect par la force, la seule chose qui se gagne par la force est la crainte.

Alors oui, vivre dans un groupe de chiens demande du travail, c’est fatigant, éreintant même parfois, et de temps en temps, énervant, alors on doute, on stresse. Dans tous les cas, c’est difficile, mais impératif pour comprendre, im-pé-ra-tif !


NEW_12384

Ici, on communique, en quelques secondes, l'affaire est pliée, et pas nécessairement comme on le croirait.

NEW_12399

 

Arween avec des chiens, un groupe de chiens en fait.

92685116_o

 

Ce schnauzer, va sauter sur la petite pour la dominer... Mais en fait, non.

977404_413905968717996_2104566924_o

 

Des chiens et une Arween.

10277030_552995981475660_8080821909197095927_n

 

Ici, j'essaie de dominer Diouk par le regard. Lorsqu'on sait qu'une morsure aboutie prend en général entre 100 et 200ms, et que les réflexes humains sont de 250ms au minimum (en dehors des bacs pro ninja), on ne se demande plus pourquoi certains font toutes leurs analyses et rencontres avec les chiens « agressifs » en costume d’homme d’attaque. 

78699789_o

 

Est-ce qu'un de ces "chefs/championsdumonde/starsduchien" pourrait nous expliquer comment dominer un animal de 900kg comme celui-ci, parce que ça doit fonctionner aussi non ? Avec le costume de guignol et tout le toutim là ?

DSC_0105

 

Ces gamelles sont posées dans une seule pièce, pas dans des cages.

DSC_0127

J'aime bien celui-ci, il ne fait pas tout, il n'est pas parfait, mais il est pas mal... Probablement parce que je l'ai bien dominé.

90973595_o

Et puis celle-ci aussi, mais il faut bien la dominer, comme ça elle reste longtemps devant le poêle !

NEW_12346


C'est affligeant de connerie... Sinon, ça va vous ?



15 février 2015

Le cristal bêle Ina !

Salut les kids !

Ici, y’a du monde. Des pensionnaires, connus ou non, une Bellina qui n’est pas là parfois, et une petite nouvelle bien belle !

Bellina est arrivée de Corse il y a un bon mois, fofolle, voire même complètement déjantée, elle a progressé vite, très vite. Elle a assimilé certaines notions, certaines règles, elle s’est posée, même si certaines conneries à faire lui passent encore régulièrement par la tête. La petite a un an, environ. Tactile, agréable à vivre, affectueuse mais très énergique, Bellina est partie le week-end dernier, chez d’éventuels adoptants, une forme de test. Les commentaires des gens concernant son comportement sont très encourageants. Lina est partie avec eux sans aucun problème, le contact a été très bon tout de suite, elle semblait parfaitement en confiance. L’adoption n’est pas prévue pour tout de suite, et il prendront encore Bellina probablement plusieurs fois.

NEW_12991

La patte de Bellina se porte très bien, elle l’utilise de plus en plus, à l’image d’un certain Collin. Elle commence à se remuscler, et s’il y a quelques temps, elle ne l’utilisait que pour marcher, aujourd’hui elle l’utilise même pour courir, c’est très bon signe.

NEW_12993

NEW_12996

NEW_12997_couleurs_chaudes

Sinon, une toute petite nouvelle est arrivée vendredi. Elle s’appelle Chrystal, dog argentin, une gueule, une tronche, qui a vécu sur un balcon cinq mois, les cliquetis des griffes sur le parquet et les poils qu’elle perdait ayant eu raison de « l’amour » que ses maîtres avaient pour elle… Lol… Ou pas…

NEW_12886

Chrystal est ici en famille d’accueil pour l’association « L’homme et son chien ».

Que dire sur la belle ?

Chrystal était un peu en stress les premiers jours, mais son comportement avec les autres chiens semblait déjà à ce moment là très intéressant. Elle ne participait pas vraiment, mais semblait très tolérante, parfois, lorsque les petites faisait trop de grabuge, elle s’écartait, allait se trouver une place au chaud.

NEW_12885

NEW_12867

NEW_12868

NEW_12874

NEW_12877

Là est vraiment son grand plaisir : la chaleur. En fonction de ce que nous faisons, car madame aime la compagnie, elle s’étale près du poêle, ou se love dans son panier, si la place est libre, contre le radiateur.

NEW_12946

NEW_12934

NEW_12942

En quelques jours seulement, son comportement a commencé à changer, les interactions avec les autres chiens sont devenues plus nombreuses, en particulier à l’extérieur, avec le gros Oumak. Elle semble apprécier la présence d’autres chiens, assez nombreux en ce moment. Nous sommes actuellement dans notre phase « épagneuls ». Les vacances de février, généralement assez creuses pour Canicamp, sont cette année très agitées.

Il est assez fréquent que Chrystal se retrouve avec une petite roulée en boule entre ses pattes, contre son ventre. Son côté calme, posé, voire expérimenté, fait que les autres chiens ont confiance, et la trouvent probablement rassurante.

NEW_12976

Chrystal boitait un peu a son arrivée. Le vétérinaire qu’elle a vu, pour un check-up complet, a détecté un peu d’arthrose, et une extension des membres incomplète. Toutefois, depuis deux jours, Chrystal est beaucoup plus à l’aise, ne boite plus, et semble en pleine forme. Le fait de bouger un peu plus semble lui faire du bien et ses grandes séances au chaud, très appréciées, semblent la requinquer.

NEW_12930

Chrystal est une chienne très intéressante, très tactile, très affectueuse, qui se satisfait parfaitement de la situation, si celle-ci lui apporte chaleur, sécurité, un peu d’attention et de présence.

Chrystal est le 36ème chien accueilli ici en famille d’accueil… D’abord, il y a eu Billy, le tout premier, avec une adoption à la limite du paranormal, une réussite incroyable, puis Collin, puis… Nous nous étions dit : « au dixième on arrête », puis : « au vingtième on arrête »… Et puis voilà.

69121308

Ce travail de famille d’accueil est tellement intéressant, gratifiant, mais il est aussi tellement difficile… Après Laïka, qui nous a quittés récemment, courage à ses maîtres, notre beau Diego est parti lui aussi, un chien, une gueule, un caractère… Un amour !

50114444

Les deux petites nouvelles ont rencontré plusieurs chiens depuis qu’elles sont ici, et s’accommodent de toutes les compagnies manifestement. Jessy, Biscotte, Chopin, Jess, Fripouille et Bellina a même rencontré Excel et Vyto. Bien évidemment, ceci ne signifie pas qu’aucun accroc ne peut se produire, mais ce niveau de tolérance est un très bon signe pour les deux chiennes.

Concernant la pension, l’activité est très satisfaisante. Contrairement aux années précédentes, les vacances de février nous amènent beaucoup de pensionnaires, pour des séjours plus ou moins long.

En réalité, si la belle saison a été fulgurante, nous n’avons constaté aucun temps mort depuis. Pour les fêtes, Canicamp était au complet, et en réalité, depuis avril dernier, soit presque un an, nous n’avons connu que deux semaines sans pensionnaire, c’est assez remarquable.

Nous avions espoir que l’activité progresse, et que nous arrivions à créer une clientèle fidèle et confiante, mais le résultat dépasse nos espérances. Je crois que tout le travail de famille d’accueil, avec Un Cœur sur Pattes entre autres, avec des résultats également, concernant assez régulièrement des chiens compliqués, délicats, a joué en notre faveur. Et chose exceptionnelle, et ça ne se reproduira pas souvent alors profitez-en bandes de cancre, je tiens personnellement à vous remercier, vous, pour votre confiance, pour la publicité que vous nous faites, visiteurs occasionnels, clients de la pension ou de l’éducation/comportement, amis, lecteurs intéressés, tout ceci n’a été possible que grâce à vous, alors du fond du cœur : merci !

Vue_ensemble3

Aujourd’hui, nous estimons à 80% des pensionnaires la proportion de chien intégrés au groupe existant, c’est un score plus qu’intéressant. Avec régulièrement des chiens particuliers également. Récemment d’ailleurs, deux chiennes d’une même famille ont passé un séjour de deux semaines, Jessy et Biscotte. Une jeune Saint-hubert adorable, et une caniche un peu spéciale. Leurs maîtres étaient venus en reconnaissance, conseillées par une autre cliente (merci). Impossible d’approcher Biscotte, qui grognait, montrait les dents. Monsieur, en amenant les deux chiennes pour leur séjour, pensait que nous aurions du mal à toucher Biscotte. En réalité, en laissant le contact se créer naturellement, Biscotte semble avoir jugé la situation plutôt convenable, et surtout, a trouvé son intérêt rapidement. Les deux chiennes sont entrées dans le groupe sans aucun problème, les autres chiens ayant rapidement compris qu’il fallait prendre des précautions avec Biscotte. Tout s’est parfaitement passé, et l’une comme l’autre n’ont pas manqué de papouille, de « viensurméjnou » et de gratte-gratte. Merci à ces maîtres pour leur confiance.

Nous n’avions jamais accueilli de saint-hubert, un véritable plaisir, quelle chienne !

NEW_12842

NEW_12822

NEW_12823

NEW_12837

NEW_12840

Nous reviendrons rapidement, dans un billet « monde canin », sur les chiens qui montrent les dents, qui semblent agressifs, comment il faut agir, et pourquoi il faut éviter à tout prix de partir au conflit.

Curieusement également, je crois que nous n’avions jamais accueilli d’épagneul, et aujourd’hui, Bellina nous a rejoints, Ibi, la petite de l’amie Billie est là également, et enfin, Jess, croisée épagneul/border est arrivée hier pour un séjour d’une semaine, étonnant non ?

Le trio gagnant en réalité. Ça bouge… Beaucoup !

NEW_12999

NEW_13004

NEW_12981

NEW_12986

Un dernier petit message, si toi, fidèle lecteur, tu connais une pension du même type que Canicamp, qui intègre les chiens au groupe existant, n’hésite pas à nous mettre en contact, ou si toi-même, tu gères une pension comme celle-ci, contacte-nous par le lien « contacter l’auteur », en haut à gauche. Il serait tellement intéressant de partager nos expériences.

NEW_13033

Ha oui, sinon, il y a toujours des oiseaux ici, plein !

NEW_12889

NEW_12888

NEW_12924

NEW_12919

NEW_12896

NEW_12916

NEW_12918





Fin »