Diouk & Diablo

La vie et les activités de Diouk et Diablo, deux jeunes Border Collie, au troupeau, en dressage, en stage chez Philippe Heintz et dans la vie de tous les jours, mais aussi la vie et la réhabilitation de chiens en famille d’accueil à « la ferme du bonheur »

21 avril 2014

Vous avez le droit de garder le silence…

…Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous !

Haha, vous aimez ça hein les séries américaines, avec tout plein de flics dedans, pis des crimes, pis des arrestations, pis des coups de feu et des grosses bagnoles, bande de petits glandouilleurs ! Ha, les arrestations d’Horatio Caine, le petit regard par dessus les lunettes de soleil tout en déclamant cette fameuse phrase : « Vous avez le droit de garder le silence… »

Hé ben vous, c’est pareil, vous avez le droit de garder le silence, mais je m’en vais vous expliquer ça.

Comme vous le savez, Canicamp propose depuis quelque temps déjà un service de conseil en éducation et comportement, figurez-vous qu’on trouve chez tous les clients un défaut récurent : vous parlez trop ! Et ceci n’a rien à voir avec le fait qu’une majorité des clients soient des clientes hein !

Séverine parlait beaucoup, mais ça, c'était avant ;)

Copie de NEW_8832

Qu’il s’agisse de séances d’éducation simple ou d’une réelle dérive comportementale, il est vraiment important de faire attention à ce que l’on dit, et d’en dire le moins possible, mais vous allez comprendre pourquoi.

Nous avons déjà évoqué le renforcement positif (R+), qui permet d’augmenter la probabilité d’apparition d’un comportement en ajoutant un renforçateur (friandise, caresse, félicitation vocale…), et ce qu’il faut absolument intégrer est que si ce renforcement peut être volontaire, il peut tout à fait ne pas l’être. En clair, il est tout à fait possible de renforcer un comportement sans le vouloir, qu’il s’agisse d’un bon comportement ou d’un comportement non désiré.

Parler à son chien comme à une personne est humain, il s’agit une fois de plus d’anthropomorphisme, mais ça nous arrive à tous, qui que nous soyons, du novice au maître le plus averti. Personnellement, il m’arrive assez régulièrement de lancer à un chien sur un ton assez doux : « Pffff, mais tu me fatigues là, houlalaaaaaaa ». Bien évidemment, le chien ne comprends pas les mots, mais par un jeu d’association, il finira par y trouver une signification, et y répondra par une modification de son comportement, par un acte, ou l’arrêt d’une séquence comportementale.

C’est le principe du « non » par exemple. Au fil du temps, ce mot lancé par le maître prend une signification : « Quand pôpa dit non, c’est que ça ne va pas et il faut stopper ! » Plus qu’une punition, il s’agit d’un stimulus disruptif, c’est à dire un stimulus sans lien direct avec la séquence comportementale en cours, mais qui va provoquer un arrêt brutal, puis naturellement une phase d’attente, d’expectative, qu’il faut utiliser à bon escient.

Là où tout se complique, c’est lorsqu’on intègre le fait que les chiens sont très sensibles à l’intonation qu’emploie le maître. Attends, tu va comprendre fidèle lecteur.

Copie de NEW_9213

Layla_20140413_02

Prenons l’exemple d’un chien qui pendant une promenade en pleine nature, s’arrête pour renifler et se rouler dans un truc vraiment dégueu, vous savez, ce genre de truc qui n’a pas de nom, qui n’a pas de forme, mais qui fouette à 200 mètres. Il s’agit là d’un comportement qui est parfaitement naturel pour un chien, probablement un instinct ancestral qui vise à camoufler sa propre odeur. Et entre nous, quel délice de gourmet de voir un chien toiletté du jour se rouler sur une charogne… Bref.

Une immense majorité des maîtres interdiront l’accès à ce truc immonde, mais sur quel ton ?

Un gros « NON » sera ce stimulus disruptif, et doit dans une majorité de cas stopper l’approche du chien. En revanche, une phrase du type « rhôô ben non Choupinette, ne va sentir ça, c’est caca », avec une intonation très douce, n’aura pas d’autre effet que d’encourager la chienne à y aller au contraire. Une simple intonation de voix douce porte directement une notion de félicitation, donc de récompense, vous voyez ? C’est de cette manière qu’un chien qui monte en pression face à ses congénères par exemple, ou développe de l’agressivité dans ces circonstances à cause d’un stress élevé, ne doit jamais être réconforté comme on le ferait avec un enfant par exemple, sans quoi il y aura clairement un renforcement de ses réponses agressives face à une situation hautement anxiogène !

Personnellement, dans toute circonstance qui peut permettre cette ambiguïté, je pars du principe qu’il est impératif de se taire, et de décider physiquement ce qu’il faut faire. Une situation est anxiogène pour un chien en laisse ? Partons dans une autre direction, sans rien dire ! Cette permet deux choses. D’abord de sortir le chien de cette situation (encore faut-il percevoir ce stress, par les signaux d’apaisement, par les postures ou le comportement), ce qui naturellement poussera le chien à se sentir « compris » et deuxièmement car le maître a dans ce cas l’assurance de ne pas renforcer involontairement un comportement par des mots, parfois illogiques, avec une intonation inappropriée et qui ne feront qu’ajouter des incohérences dans une situation déjà alambiquée, bancale.

Globalement, il faut être conscient que chaque mot prononcé au mauvais moment peut avoir une influence contraire au but recherché. C’est le cas par exemple pour une félicitation trop tardive. Imaginons un chien mal à l’aise avec ses congénères, que le maître arrive à faire décrocher de l’objet de son attention, un chien, alors qu’il lui aboyait dessus. Le chien revient vers son maître, mais le maître lui donne une récompense alimentaire non pas au moment où il arrive mais au moment où juste après être revenu, il focalise de nouveau son attention sur ce chien inconnu en aboyant. Dans ce cas précis, on encourage le chien à aboyer sur cet inconnu, non pas à revenir.

NEW_9244

Cette notion de renforcement positif est très pointue, mais il ne s’agit pas d’une méthode de travail, contrairement à ce qu’on peut lire régulièrement, il s’agit d’un fait ! Le conditionnement opérant fait partie de notre monde, comme la pluie, le vent, ou mieux, la température. Il ne s’agit pas d’un outil qu’on démarre comme une tondeuse et qu’on éteint lorsqu’on a fini de l’utiliser, la température existe, douce ou glaciale, il faut en tenir compte. Le conditionnement opérant (donc ces quatre notions primordiales de renforcement positif, de punition positive, de renforcement négatif ou de punition négative) est présent en permanence, nuit et jour, pendant toute la vie du chien. Ce conditionnement ne s’éteint pas, ne s’arrête pas, et en permanence, il faut en tenir compte, et limiter les erreurs. Limiter les erreurs parce que personne n’est parfait, et personne ne peut avoir les bons gestes tout le temps, et tout cela bien évidemment sans occulter la notion d’affection, sans occulter ses propres sentiments, et également sans occulter le fait que nous ne comprenons pas tout, que certains phénomènes dans le monde canin nous dépassent évidemment encore.

Fabienne et Diablo.

NEW_9227

Fabienne et Layla.

Layla_20140413_03

Sinon, Oumak a participé le week-end dernier à sa première sortie "médiation animale", et il a été à la hauteur de nos espérances. Attentif, doux, tout ce qu'on attendait de lui. Je vous en dirai plus rapidement.

Copie de 20140412_144753

D'autre part, nous avons revu notre petit protégé, Taï, chez ses adoptants. Il se porte très bien, il est chez lui, se sent bien, il est à l'aise et a trouvé un compagnon de jeu très actif, un ami, avec le jeune garçon de la famille. Le cadre de vie qui lui est offert est idéal, de la place, de l'attention, de l'affection...

Souvenez-vous : http://diouk.canalblog.com/archives/2013/06/27/27523154.html

NEW_9198

NEW_9193

NEW_9195

NEW_9196

NEW_9197

NEW_9199

NEW_9201

NEW_9204

Deux photos pour finir ce billet.

Layla_20140420_2

Layla_20140420_1

 

 




07 avril 2014

Oumak, chien médiateur.

Salut mes bons.

Oui, je sais ! Le blog est passé sous un tunnel ces derniers jours, et n’a pas pu émettre pour cause de « pas de réception ». Toute la rédaction du D&D blog, le service administratif, la logistique, le service achat et tutti quanti, vous présentent leurs plus plates excuses, mais genre plates, trop grave plates en fait… Enfin, je vous prie de m’excuser en fait.

En réalité, et vous le savez si vous suivez la page Facebook de Canicamp (c’est là ça :https://www.facebook.com/Canicamp), ce week-end, nous nous trouvions dans des contrées lointaines, en ce qui concerne Arween pour suivre un nouveau stage « Chien médiateur » avec le beau Oumak, et moi-même dans ce même stage en tant que formateur et éducateur/spécialiste en comportement, dans le but de tester/analyser/valider les chiens présentés pour cette merveilleuse activité, la médiation animale, au sein d'une équipe assez extra.

Concernant Oumak, il s’agissait donc de le faire valider par l’association « d’un cœur à l’autre », afin de le voir intégrer les deux structures que nous visitons actuellement, « les Peupliers » et « l’Hôtel Dieu », à Bourg en Bresse. 

Le suspens est à son comble…

Copie (2) de Copie de NEW_9151And2more_tonemapped

Les avantages de ce type de chien, par rapport à Diouk et Diablo, sont d’abord sa taille, et ce côté un peu moins vif, plus placide. En effet, un chien comme Oumak, assis, est à bonne hauteur pour être papouillé par les résidents, qu’ils se trouvent assis ou même allongés. Clairement, au moment même où nous avons décidé de garder Oumak, nous avions déjà cette idée en tête. Oumak est expressif, jovial et nous pensons qu’il peut avoir un autre effet sur les résident.

Copie de NEW_9136

Bien évidemment, Diouk et Diablo continueront cette activité, mais il est possible qu’Arween propose des séances seule avec Oumak, puis parfois avec Diouk ou Diablo en ma compagnie. Les deux compères poursuivront leurs séances communes.

Ces stages sur deux jours ont plusieurs buts. Ils s’articulent autour de phases théoriques et de phases pratiques, sous forme d’atelier, avec l’équipe d’éducateurs et bien évidemment de Marie Lienhard, présidente de l’association. Il s’agit de présenter la médiation animale d’une manière générale, le rôle et les règles par rapport au bénéficiaire, mais également de parler du chien, de la manière de le respecter, de son langage, de la prévention de la morsure et en particulier des signaux d’apaisement. C’est à ce moment que j’interviens au niveau théorique. Je ne vous cache pas que je suis assez flatté que Marie m’accorde sa confiance dans ce cadre là.

1396822_1422688197986682_1606402703_o

Pendant ces stages, de nombreuses personnes interviennent, des médiateurs d’anciennes promotions, qui sont très actifs et qui viennent expliquer et relater leurs interventions, leurs parcours, afin d’apporter un regard très concret sur cette activité. Ou plutôt ces activités, car la médiation animale englobe de nombreux « cas de figure ». Il peut s’agir « d’Activités Associant l’Animal » de type Animation, c’est notre cas lorsque nous intervenons en EHPAD, mais également à visée Thérapeutique, Sociale, ou encore éducative, comme pour la prévention de la morsure par exemple. C’est le cas pour Francine, qui a été instructrice dans l’armée pendant des années, et qui s’est lancée dans la prévention de la morsure après avoir fait valider son chien lors du stage précédent. Elle intervient auprès d’enfants, avec son chien, avec des méthodes qu’elle nous a exposées, très joviales, et dans une interactivité maximum.

Bravo à Francine, une verve et une énergie démoniaques.

NEW_9091

C’est le cas également pour certains professionnels de la santé, comme Christelle, psychologue, qui vient systématiquement aux stages expliquer son parcours.

Ces stages visent aussi évidemment à tester les chiens et les couples maître/chien dans de nombreuses circonstances, afin de jauger leur seuil de tolérance, leurs réactions à différents stimuli, leur caractère… Les tests sont nombreux, les ateliers pratiques aussi. Pour cela, nous formons une équipes de « professionnels du chien », Laurence Soulier, Cécile Désimeur et Laurence Carniel. Nous sommes toujours trois sur place, et sommes actifs pendant toute la durée du stage, pour tenir nos ateliers respectifs, mais également pour accompagner, observer et tester les binômes maitre/chien en continu.

Travailler avec cette équipe est un plaisir, c’est vraiment très agréable, alors merci à toutes.

Laurence et Cécile, il y a des personnes comme ça, dès que ça cause de chien, tout le monde écoute, moi le premier. Une autre Laurence n'était pas là, mais le problème est le même.

NEW_9144

NEW_9133

Tous les chiens non catégorisés sont acceptés, du plus petit au plus gros. C’était d’ailleurs le cas ce week-end, puisque le dernier chien de Marie, la présidente, le fameux iYop était présenté, mais également un tout petit croisé York. Un chien de 70kg pour le plus gros, et un chien de 2kg pour le petit.

Copie de NEW_9121

Copie de NEW_9142

Ce week-end, beaucoup de race étaient représentées, le léonberg, le berger des Abruzzes, le golden, le labrador, le jack russel, le bobtail, et les croisés, york, border…

NEW_9149

Copie de NEW_9136

NEW_9141

NEW_9146

NEW_9147

Il faut préciser que certaines personnes se lancent dans cette activité sans avoir fait l’objet de tests et d’analyses, inutile de vous dire que ce que je pense de ça… S’il est évident qu’un stage de ce type n’offre pas la garantie qu’un chien ne mordra pas (je vous rappelle que tous les chiens peuvent mordre, et que prétendre l’inverse serait une pure folie), il permet de minimiser le risque en provoquant et en poussant les chiens dans certains retranchements.

Pendant ces stages, les chiens sont souvent en stress, la promiscuité avec leurs congénères les gênent parfois, et la frustration de ne pas pouvoir se défouler ou aller à la rencontre de l’autre ajoute une pression certaine. En clair, toutes les conditions sont réunies pour créer une ambiance un peu anxiogène, dans un cadre inconnu, afin d’observer et d’analyser les chiens dans les pires circonstances.

Ce stage nous a d’abord permis de vérifier que le beau Oumak est apte pour cette activité, mais une fois de plus également de rencontrer de belles personnes. Le groupe était vraiment agréable, sympathique, curieux et plein d’humour. Des binômes tous très différents, mais tous très intéressants, et si tous ont leur particularité les palmes reviennent à Alexandra et Rocky, et à Monique et Gypsie.

Alexandra est famille d’accueil, et a présenté son gros Rocky, berger des Abruzzes. L’histoire de ce chien est très particulière, noire, une sombre histoire de sauvetage dans un immeuble… Elle-même le dit, il y a quelques temps, il était impensable que le chien puisse en arriver là. Hier, le binôme a reçu son diplôme, et les larmes qui vont avec. Un chien simplement extraordinaire, très équilibré, très sain, très intéressant, comme sa maîtresse. Bravo.

Je n'ai pas son autorisation, mais je prends le risque, Fabienne et Oumak à gauche, Alexandra et Rocky à droite.

NEW_9118

Monique et la minuscule Gypsie méritent aussi un trophée particulier. La douceur et l’empathie qui émane de ce binôme est simplement incroyable, et j’ai vraiment hâte de lire les descriptions de leur futures interventions, car elles seront à n’en pas douter très touchantes, et très bénéfiques pour les personnes qui les recevront. Crise de larmes également au moment de la remise de diplôme, et personnellement, j’aime beaucoup les gens qui font ce qui leur tient à cœur, ces larmes en sont une preuve.

Ces stages sont toujours assez fort émotionnellement pour tout le monde, par les témoignages, par le stress subi à la fois par les chiens et par les maîtres, et bien évidemment par l’attente de savoir, si oui ou non nous obtiendrons ce fameux diplôme. Nous sommes passés par là dans le cadre d’une promotion tout à fait particulière, émotionnellement très difficile à suivre où quelque chose de lourd pesait sur tout le monde. (http://diouk.canalblog.com/archives/2011/11/08/22619421.html)

Une fois de plus, il est vraiment agréable de constater que l’humanité n’est pas totalement perdue, certains s’impliquent pour l’autre et c’est vraiment rassurant.

Concernant Oumak, le week-end a été très dense, très frustrant et stressant, mais il a très bien encaissé ça. Le plus gros problème de ce week-end a été son comportement avec ses congénères. Rien de grave rassurez-vous, simplement son habitude de rencontrer les siens en liberté a été remplacée par une promiscuité en laisse, et il faut reconnaître qu’il n’était pas du tout à l’aise. Toutefois, il a passé les tests et toutes les phases de théorie sans problème, il est donc désormais chien médiateur comme Diouk et Diablo.

Pour terminer, je tiens à remercier Marie Lienhard, la présidente fondatrice de cette association, pour arriver à fédérer tout ce beau monde, en conservant à la fois un grand sérieux, mais en même temps une bonne humeur contagieuse, bravo Marie. Merci également à tous les intervenants, sans qui les stages seraient un peu trop abstraits et moins vivants.

http://www.chiens-mediateurs.com/

L’anecdote : Ces deux matins, en allant prendre ma douche avant de remonter au château, j’ai sifflé et fredonné une chanson, c’est couillon hein, ceux qui prenaient leur douche en même temps se sont sûrement dit : « Il se répète un peu lui ! ». il n’y avait que ça à chanter à ce moment là, c’est tout.


QUAND LES HOMMES VIVRONT D'AMOUR par MrSoreltracy

Quelques photos ? Nous sommes allés promener les chiens aujourd'hui...

Copie de NEW_9173

Copie de Copie de Copie de NEW_9165

Copie de NEW_9166

Copie de NEW_9169

Le château.

NEW_9114

Copie de Chateau_top

La présidente, quelqu'un de... De... Difficile à dire... Incroyablement... Je ne sais pas comment décrire Marie, j'aime cette femme, droite, cultivée, volontaire et généreuse... 

NEW_9103



30 mars 2014

Internet, c'est chouette.

Salut les cancres !

Internet, c’est chouette ! Ça sert à plein de trucs, et pas seulement à regarder des vidéos de gens cul nu qui… Ho, dis-donc, la position du poulpe, mais… Ils sont combien là ? Enfin bref, ça sert à se renseigner sur des machins, à acheter des trucs, à communiquer avec des gens qu’on aime bien, avec des gens qu’on ne peut pas blairer, et éventuellement à expliquer sur certains forums qu’on est pas d’accord avec un article qu’on a même pas lu, et ça, je trouve que c’est un peu tout pourri, presque aussi con que de vendre le concept de l’eau lyophilisé aux contrées désertiques d’Afrique... Eau... Lyophilisée...

En réalité, il se trouve que plusieurs articles du D&D blog ont été récemment partagés sur différents forums, en particulier concernant les aventures de Tata Simone. Certains de ces forums sont même privés, donc je n’y ai pas accès… Bon, comme nous avons accumulé les connaissances et amitiés au fil du temps, on trouve toujours un moyen pour lire ce qu’il y est écrit.

On trouve alors différents types de réactions.

Certaines personnes sont ravies, trouvent les articles intéressants et parfois même drôles, merci à vous (venez prendre votre récompense dès que vous le souhaitez).

Certaines aiment la forme mais ne sont pas tout à fait, voire même pas du tout d’accord sur le fond, et là, on peut discuter, échanger, dans la vraie vie, par mail ou sur un forum ouvert, le fait de se remettre en cause continuellement passe aussi par le dialogue et pourquoi pas le débat.

D’autres n’aiment pas la forme et le ton condescendant (en un seul mot hein) que prend parfois l’auteur (c’est moi ça), mais aiment le fond et les messages transmis. A ceux là je présente mes plus plates excuses en m’engageant solennellement et dès maintenant à ne rien changer du tout, haha ! Ben oui quoi, c’est comme ça le D&D blog, mais quand je dis « salut les cancres » ou encore « Bon, pour les deux du fond qui n’écoutent pas », il s’agit d’humour, et encore une fois, si quelqu’un passe par ici et n’est pas d’accord avec ce que j’écris, il peut me le dire en commentaire, notre connaissance s’en verra peut-être améliorée. Il n’y a pas de modération des commentaires d’ailleurs, ils sont publiés directement, mais le ton employé, j’y tiens bande de va-nu-pieds !

Bien évidemment, je tiens à expliquer également que ce blog n’a pas vocation à être lu par des experts du chiens, parce qu’ils n’y apprendraient pas grand chose j’imagine, mais plus par des maîtres lambda, qui s’intéressent et demandent à apprendre. Cela dit, je sais que certains experts passent par ici parfois (kikou lol).

Ensuite existe une catégorie de personnes qui clique sur le lien fourni, arrive sur un article et commentent : « C’est trop long » ou encore « Lire tout ça, ça va pas non ?! ». Bon à ceux-là, il n’y a rien à dire, t’as pas envie de lire ? T’as pas envie de lire ! Kestuvekjtedise !

Enfin, il existe une catégorie tout à fait intéressante, qui m’intéresse particulièrement : la catégorie du « Vais pas lire ça c’est trop long mais chui pas d’accord ». Ceux-là sont mes préférés du monde. Certains vont même jusqu’à ajouter « Il y comprend rien, il n’a jamais vécu avec des animaux ça ce voit tout de suite ». A ce type de personnage, j’ai d’emblée envie de dire : « Je n’ai rien envie de te dire ». Ce qui je vous l’accorde, n’a aucun sens. Seulement parfois, le désir de se justifier se fait irrépressible, et le besoin d’expliquer les choses, en les écrivant à une personne qui n’a pas envie de les lire se fait… Complètement absurde… Ha bah du coup, lol, on va passer à autre chose.

Comme vous le savez, notre Isis nationale nous a quittés il y a deux semaines maintenant. Son absence a pesé sur le groupe (et sur nous aussi), et pèse encore, mais comme vous l’imaginez, nous sommes en contact rapproché avec Claire, son adoptante, et nous avons des nouvelles régulièrement. Si nous savions que les progrès allaient se poursuivre dans cette nouvelle famille, nous ne pensions pas qu’ils allaient être aussi rapides. Isis s’est adaptée à une vitesse grand V (j’ai horreur de cette expression) et a commencé sa progression au jour J où elle est arrivée. (celle-ci aussi). Je crois qu’à l’instant T (T comme instant) où elle a posé les pattounes dans cette maison, elle y a trouvé quelque chose d’autre, et en particulier un équilibre certain.

p1020228

p1020227

Isis sort désormais sans longe avec Claire. Il est toujours très délicat, après avoir accueilli un chien, de trouver le bon moment pour le lâcher, en pleine nature. Nous sommes passés par là une trentaine de fois, peut-être plus, et c’est toujours un dilemme, et évidemment une source inépuisable d’angoisse. Seulement à un moment donné M (pffff), il faut se lancer.

Quand ?

Nous avons baigné assez longtemps dans une association de protection animale, Un Cœur sur Pattes, pour savoir qu’il est très difficile de conseiller les adoptants. Certains sont beaucoup trop téméraires, et l’anthropomorphisme dont ils font preuve les encourage à penser que ce petit chien abandonné a bien trop peur de se retrouver tout seul, donc « ça  ne risque rien ». D’autres les protègent et les « cocoonent » beaucoup trop…

S’il est très difficile de conseiller quelqu’un et de lui donner le feu vert pour lâcher le chien, il est également extrêmement délicat de comprendre quand il est temps pour l’adoptant. Il faut être objectif, et s’assurer que vous êtes plus important que tout le reste, que ce que vous faites est mieux pour le chien que tout ce qui peut lui passer sous le nez, et que tous les stimuli possibles, pouvant provoquer chez lui des peurs viscérales donc une fuite certaine, ne sont rien en regard de votre proximité ! Haha !

Oumak face à des stimuli certains.

NEW_9064

Oui, « Haha », parce que personne ne peut prétendre gérer son chien dans toutes les circonstances. Diablo possède désormais un rappel assez démoniaque, mais en aucun cas je n’en serais certain à 100%. Nous ne sommes pas à l’abri d’un météore par exemple.

Ce que je veux dire est qu’à un moment ou à un autre, il faut prendre un risque, et que c’est quand le maître fait confiance à son chien, que progressivement le chien aura confiance en son maître, si si !

C’est pourquoi personne n’a jamais dit à Claire pour Isis, Elrina pour Billy, Frédéric pour Collin, Claudie pour Sabah, Anne-Marie pour Cybèle… Naïm, Tahn, Dounia, Kaly, Belle, Vérone, Dolly Tootsie, Faya, Elwyn, Laïka, Nioupie, Girl, Farah…. à quel moment il était temps de laisser les choses se faire. Parce que seul l’adoptant peut se poser les bonnes questions, peut jauger le risque… Bref, seul l’adoptant, s’il est suffisamment intelligent, (mais pour ça, la patronne veille), peut savoir s’il est temps ou non.

Le blog de Diouk & Diablo, le blog qu’il vous faut !

D&D blog : le seul blog qui ne répond pas aux questions que vous ne vous posiez pas ! Haha !

Sinon, ça va vous ?

Photos ?

D'abord, une pensée toute particulière pour des personnes tout à fait particulières, pour qui nous avons une affection vraiment particulière, et bien évidemment pour une chienne partie trop tôt, une brave chienne que celle-ci.

DSC_0095

DSC_0101

 

DSC_0103

 Un petit Hermès.

NEW_8983

NEW_8990

Copie de NEW_8984

Copie de NEW_8986

NEW_8981

Chez vous aussi, il y a eu une pluie de météores ? Parce que là, comme dirait l'autre : "ça a chié des plaques d'égout".

NEW_8995

Djazzy !

NEW_9073

NEW_9030

NEW_9031

NEW_9069

Diouk et Diablo.

NEW_9072

NEW_9015

NEW_9065

NEW_9068

NEW_9071

NEW_9081

NEW_9074

 Oumak, qui le week-end prochain, aura du vin sur la manche... Du pain sur la planche pardon.

NEW_9026

NEW_9077

 Dara et Elite.

NEW_8992

Doug.

NEW_9054

Mode essorage ?

NEW_9022

 La cabane au foooonnngg di jardiiinnnggg. (Enfin, le côté non météorisé).

NEW_9079

 Et un avant goût, jeunes pousses, bientôt sur le blog photo.

NEW_9060





Fin »