Diouk & Diablo

La vie et les activités de Diouk et Diablo, deux jeunes Border Collie, au troupeau, en dressage, en stage chez Philippe Heintz et dans la vie de tous les jours, mais aussi la vie et la réhabilitation de chiens en famille d’accueil à « la ferme du bonheur »

12 juillet 2015

Toutes les belles histoires ont un fin .... (lettre à mon amour)

 

Nous deux, c’était une belle histoire, faite de passions partagées, de joies et de peines aussi, de rencontres inoubliables, d’instants magiques volés à la vie parfois cruelle, et d’amour, de beaucoup d’amour.

Tout ça s’est arrêté ce samedi 11 juillet, le jour où tu m’annonce que tu me quittes. Mon monde jusqu’ici presque parfait s’écroule en une minute. La seule idée de vivre sans toi m’est insupportable, mon esprit et mon cœur ne peuvent le concevoir et je sais que le temps n’y changera rien.

Un amour si puissant ne peut s’effacer en un claquement de doigt. Huit ans de vie commune, presque sans nuage, ne disparaitront pas de ma tête et de mon cœur comme si rien de s’était passé.

Aujourd’hui, ce blog et tout ce qui s’y rattache est mort aussi. Tous les projets communs, pensés, imaginés et finalement réalisés meurent avec ton départ, Raphaël, mais ça tu le sais déjà, je te l’ai dit et crois bien que ce ne sont pas justes des paroles en l’air.

 Canicamp, la Ferme du Bonheur et ses animaux, chiens, chat, chevaux, chèvres, Diouk, Diablo, Oumak, Spock, Dara et Elite tirent leurs révérences.

Je te souhaite vraiment tout le bonheur possible avec ton nouvel amour, la vie ne t’a pas épargné jusqu’ici et tu as le droit au bonheur et à la sérénité.

Sache que je serais toujours là, ta maison restera toujours ouverte pour toi, mon cœur sera toujours prêt à t’accueillir, quoiqu’il arrive.

S’il te plait Raphaël, n’efface pas ce message, laisse cette trace de ma douleur que j’ai maintenant besoin d’extérioriser et afin que je n’ai pas à expliquer ton absence à tout le monde.

Je ne regrette rien, pas une seconde de cette vie avec toi, tu me la offerte comme un cadeau, tu la reprend, c’est ainsi, la vie est bien cruelle mais je l’accepte.

 

Posté par arween01 à 11:45 - Commentaires [6] - Permalien [#]



27 juin 2015

Se remettre en cause : Un matin de déplacement à Naples ?

Salut les amibes, et salut les tracteurs... Ha non, les détracteurs !

NEW_14318

Oui, je sais, c'est mou en ce moment sur le blog. Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? Pas le temps pas le temps quoi ! Tu veux t'y coller toi ? Hé ben vas-y ! Toujours en train de critiquer hein ! En réalité, le pic de pension estival a démarré très tôt cette année, c’est bon signe, mais ça laisse peu de temps pour le reste. 

Bon bref, nous avons déjà beaucoup parlé des signaux, des postures, de ces modes de communication visuels. Mais il y en a un que nous n'avons que très rarement évoqué, tadaaaaam ! : le mouvement, ou plus précisément le déplacement, puis on basculera sur une autre notion, la mythique dominance.

Ce chien est probablement un dominant... Ou pas.

NEW_13028_2

Entre chiens de bonnes familles, il convient de se respecter. Les chiens, entre eux, se respectent, grâce à un langage universel. Il ne s'agit pas de certains cétacés, chez qui nous savons maintenant que le langage vocal n'est pas le même en fonction des groupes, et surtout des origines géographiques, il s'agit de chiens et jusqu'à preuve du contraire, leur langage est le même d'où qu'ils viennent, quelles que soient leurs races.

Ce respect passe d'abord par la réception des messages envoyés par l'autre. Deux chiens qui se rencontrent par exemple, vont s'exprimer, en prenant des informations olfactives, mais bien avant, vont constater chez cet autre, des informations visuelles, des signaux d'apaisement, des postures, mais aussi des déplacements. Un chien qui recule, lorsque l'autre l'approche, peut éventuellement manifester un stress, un refus, mais également un désintérêt. Un chien qui approche, peut manifester une envie d'aller au contact, une volonté de jouer, de faire fuir, d'écarter, ou tout simplement une curiosité.

Ce déplacement est un mode de communication, il peut exprimer un état d'esprit, une volonté... Une agressivité, une demande.

Ce déplacement, a fortiori dans une situation qui nous pousse nous-mêmes à rencontrer un chien, doit être pris en compte, analysé et respecté.

Je sais que certains expliquent que parfois, il faut forcer le chien, et le pousser à dépasser son stress justement, et je suis parfaitement d'accord avec ça. Il faut parfois le pousser à se mettre des coups de pied au cul lui-même. Simplement, il faut appréhender la situation, et anticiper. Est-ce que ce stress sera destructeur, ou constructeur, est-ce que le chien est capable de le surmonter ou en tirera-t-il une mauvaise expérience, trop négative pour le faire avancer ?

Prenons un exemple concret :

Il y a un an, une chienne est arrivée en pension pour une semaine. Une belle chienne, Mâtin de Naples, entre 60 et 70 kg, que j'avais déjà côtoyée, sans problème particulier. Cette chienne avait des problèmes articulaires sérieux, bien que jeune.

10580810_587844574657467_184946844704908423_o

Son maître est arrivé, chienne en laisse. Bon contact, caresses, chienne un peu sur la réserve, mais sans signes trop marqués. Il la détache, nous la laissons prendre des marques, relever ses messages... Avec pièces jointes bien entendu. Toujours, pendant au moins vingt minutes, avant d'intégrer un chien au groupe existant, nous les laissons s’imprégner de l'endroit, et surtout des individus qui le peuplent. Toujours une expérience intéressante que de les voir surpris, par une odeur, par un marquage. Ils sont parfois surpris, parfois inquiets, et de temps en temps, certains manifestent une virilité soudaine. Vous avez remarqué, je n'ai pas dit dominance.

Au moment où le maître a décidé de laisser sa chienne, et de quitter l'endroit, j'ai décidé de la prendre en laisse, simplement pour qu'elle ne tente pas de se ruer contre le portail en le voyant partir. J'approche donc le mousqueton de l'anneau de son collier quand soudaintacoup ! GrrrrRRRrrrrRRRR. Avec de belles dents aussi blanches que saillantes.

Le maître : « Vous voulez que je le fasse? »
Moi : « Rhooo ben oui, ce sera parfait ! »

Drôle non ?

Le maître est parti. J'avais la chienne en laisse, qui n'était pas spécialement à l'aise, voire même pas du tout. Alors ? Quoi faire ? Appeler Cesar Millan, l'homme qui raconte de la merde aux oreilles des chiens ?


Non, j'ai choisi une autre méthode, attends tu vas comprendre.

J'ai lâché la laisse. La chienne s'est écartée de moi. Ce déplacement avait évidemment une signification. Une chienne souffrante, en grand stress, se trouvait dans un lieu inconnu avec une personne presque inconnue.

J'ai essayé, à plusieurs reprises de m'approcher de nouveau. Même réaction, grognement, dents bien découvertes (dans la mesure de ce qu'il est possible de faire pour un Mâtin de Naples).

La chienne devait rester une semaine, et il était prévu de l'intégrer au groupe, donc d'entrer dans le cadre « pension familiale », comme 80% des chiens accueillis. J'ai donc pris le temps, de l'attirer par des friandises, des jeux, de la jovialité. La friandise, dans un cas comme celui-ci, peut avoir un effet prodigieux, mais aussi très négatif, tout simplement car la donner au mauvais moment peut vite devenir un renforcement d'un mauvais comportement. Si je lui donne au moment où elle grogne et sort les dents par exemple. Non, il s'agit ici d'encourager le bon comportement, une approche douce, ou même l'acceptation de ma propre approche. Là est l'idée. J'approche, la réaction est agressive, je recule et j'adapte mon comportement. Mes gestes sont lents, mesurés. J'approche plus doucement, lentement même, la réaction est saine, je récompense (jouet, friandise, paroles douces).

Petit à petit, la chienne a accepté. Petit à petit, ses signaux, ses postures, ses déplacements et ses réactions se sont faits plus discrets, son seuil de tolérance à ma présence augmentait progressivement. Il m’a fallu un peu plus de trois heures pour arriver à la toucher. Arween aurait sans aucun doute mis moins de temps, parce qu’instinctivement, son approche est plus rassurante je pense.

Bref, lorsqu’elle est rentrée, la chienne était contre moi, parfaitement manipulable, sans stress, sans tension. Elle a passé une belle semaine de pension avec les autres, et avec nous en permanence.

Certains n’auront aucun mal à voir ici un gros problème : « Mais ? Le chien a grogné ! Un chien n’a pas le droit de grogner un humain ! C’est interdit ! Parce qu’il essaie de prendre le dessus, de dominer l’homme ! Ce chien est un dominant ! »

Regardez par exemple cette photo ! Cette dogue argentin domine ce lab ! (ou pas)

DSC_0017

Et elle domine cette épagneul... 

NEW_13247_2

Actuellement, une dernière poignée de personnes professionnelles du chien ont encore à l’esprit ce concept de dominance et de hiérarchie intra et interspécifique.

A l’opposé un mouvement massif de professionnels explique que la dominance n’existe ou ne s’exerce qu’au sein d’une même espèce.

Après presque sept ans d’observation et d’études, sur des groupes de chiens vivant avec nous, entre 6 et 9 chiens depuis quatre ou cinq années, rien ne nous permet de dire qu’une hiérarchie stricte existe entre eux, et encore moins qu’une dominance forcée existe. Il est évident maintenant qu’aucun chien n’est dominant intrinsèquement, parce que la notion de dominance concerne au moins deux individus, parce qu’elle est lié à la supériorité d’un individu sur un autre. Dire « Rox domine Rouky » peut avoir un sens, dire « Rox » est un dominant est inepte.

Nous n’avons jamais observé qu’un chien « domine » l’ensemble d’un groupe dans toutes les situations, jamais. Certains ont des prédispositions dans certains domaines, et sont suivis par les autres. Certains protègent certaines ressources, et les autres respectent cela. Jamais aucun chien n’a choisi la place la plus haute, la plus stratégique pour dormir, jamais. Sauf dans de rares cas, les emplacements de repos sont fluctuants.

NEW_13696

Je n’évoque pas certains lupoïde comme les husky, parce que selon certains propriétaires, la hiérarchie est très marquée, mais je n’arrive pas encore à trouver la limite entre fantasme et réalité.

Nous n’avons jamais observé la moindre situation où un chien cherche à en dominer un autre par la force. Lorsqu’il y a conflit, c’est ou qu’il y a un défaut de communication ou de gestion chez un individu, ou qu’une ressource est convoitée par deux individus et que personne ne veut céder. En aucun cas un chien qui en agresse un autre sans raison est un chien qui veut le dominer, c’est un chien qui n’a pas reçu les bases nécessaires tout de suite, qui a été mal éduqué, qui a subi un traumatisme, ou qui a été conditionné.

Je suis évidemment d’accord pour dire qu’un chien ne doit jamais faire l’objet d’une domination par la force. Je suis d’accord également pour dire que les gens qui plaquent un chien sur le dos pour lui montrer qui est le chef, ou qui passent leur temps à soumettre le chien de force à l’aide d’un collier étrangleur devraient faire l’objet d’une interdiction d’exercer. Toutefois, ce qui m’ennuie à l’heure actuelle est le précepte selon lequel nous ne pouvons pas dominer un chien par la force parce que nous ne faisons pas partie de la même espèce, le problème ne se situe même pas ici : il ne le font pas entre eux ! Ça ne va pas plus loin que ça ! Aucune raison d’utiliser un mode de communication violent qu’ils n’utilisent pas !

Revenons donc à notre femelle Mâtin de Naples. (à droite)

10442988_587844721324119_5011055178522100708_o

Certains auraient probablement agit autrement, parce qu’ils ont ces notions de hiérarchie figée et cette dominance ancrées au font de la tête. En rentrant dedans physiquement. Ça n’a aucun sens ! Aucun ! La chienne avait peur, tout simplement, est-ce qu’on combat la peur par l’agressivité ? Ceci aurait eu deux conséquences, des morsures, peut-être très graves, parce qu’on parle d’un molosse de plus de 60kg, mais également une incohérence notoire. J’ai peur => je le dis => je me fait cartonner... Impensable, proprement débile en réalité, de l’éducation Dafalgan, on éradique les symptômes sans tenir compte de la cause. Les symptômes ont disparu, la cause elle, est toujours présente. Ici la cause a disparu.

En sachant que la plupart de ces personnes, prônant la dominance à tous crins, ne vivent pas avec leurs chiens, donc a fortiori pas avec un groupe de chien 24h/24, je me demande quelle crédibilité leur accorder. Et parfois on lit : « Moi je vis avec ma meute, mais lorsque je les mets au chenil, on voit bien qui est la dominante »… Donc tu ne vis pas avec ton groupe en fait.

Iron est en train de dominer Lina... Nan, je déconne. Protection de ressource.

NEW_14402

Nous avons commencé il y a 7 ans, comme tout le monde, avec des idées toutes faites, en fantasmant sur une hiérarchie figée, un ordre parfait. Rapidement, Diablo est devenu un « dominant », parce qu’il cartonnait tous les mâles qu’il rencontrait. Diablo n’était pas un dominant ! Aucun chien ne l’est intrinsèquement, c’était juste un idiot, qui avait un véritable défaut de gestion, et de sévères lacunes, par ma faute ! Quand nous avons réalisé ça (et Arween m’a véritablement foutu un coup de pied au cul pour que je réalise), j’ai tout remis en cause, tout. Il a fallu comprendre, défaire et désapprendre tout ce que je pensais savoir, et tout reprendre. Aujourd’hui, Diablo est à l’aise, il rencontre des dizaines de chiens tous les mois, il communique, et n’a pas eu un accroc depuis au moins 4 ans. Cette remise en cause est difficile, parce qu’il faut admettre avoir eu tort, il faut admettre avoir été mauvais, admettre avoir suivi la mauvaise direction. Il faut rebrousser chemin et arrêter d’écouter ceux qui parlent fort, qui donnaient à bouffer au crétin que j’étais ce que je voulais avaler, ce qui me faisait plaisir, je devais être le chef, c’était bandant ça ! Sauf que c’était faux. Tout le monde n’est pas capable de faire cette démarche, et je crois que réside ici la définition même du mot connerie.

Certains n’en sortiront jamais, d’autres tardivement, d’autres auront eu la bonne idée de ne jamais entrer dans ce schéma. Tous les humains sont différents, tous les chiens sont différents, ce qui les différencie définitivement est qu’on ne trouve pas de vrais cons chez les chiens.

Oui, ça pique le cul un billet comme celui-ci, admettre que je me suis planté il y a quatre ou cinq ans, admettre que j’ai suivi des préceptes de crétins qui sont dans le métier depuis plus de vingt ans, bouseux du crâne, vaseux de l’intellect… Oui, j’ai eu du mal à le boucler ce billet, mais là, c’est fait. Ceci explique peut-être cette absence.

Maintenant, nous sommes arrivés à un modèle relativement fiable, collaboratif, tout simplement car en écrivant ces lignes, neuf chiens sont couchés dans la pièce, avec un bon « Child in time » ! Comme tous les soirs... Seule la musique change.

T’as des questions ?

NEW_13033

NEW_14552

NEW_14566

Whisky domine pas mal le bâton.

NEW_14341

Monsieur Spock, un chat d'une dominance !

NEW_14451

NEW_13884

Diouk domine le jet, c'est flagrant. Attention, la précision est diabolique.

NEW_14364

Attention, ce chien domine sa maîtresse.

Copie de NEW_14547

Ici, très rare, la pluie domine l'arbre, qui domine le rosier.

Copie de NEW_14518



31 mai 2015

Des adoptions, des pensionnaires et un nouveau parc.

Salut mes bons !

Je sais, flagellez-moi, torturez-moi, insultez-moi, quoique, certains se chargent déjà de ça, alors évitez-vous cette peine. Oui, je sais, vingt jours sans billet sur le D&D blog, une honte ma brave dame, « c’est un véritable scandale ! », d’autant que je n’ai aucune excuse à présenter… Arweeeeeennnn !!! T’as pas une excuse à me vendre stp ?

Quelles sont les nouvelles ? Ben en fait, elles sont nombreuses.

NEW_14216

 

NEW_14217

D’abord, notre Lina nationale est partie définitivement. Après de nombreux week-end dans son nouvel environnement, pour ses nouveaux maîtres il était question dans un premier temps d’être sûrs de cette adoption, mais ceci a été vérifié très rapidement, puis dans un second, pour monsieur, d’être libéré de toute obligation : la retraite, enfin !

Lina est partie lundi soir. Difficile d’accepter, comme d’habitude, l’idée qu’elle ne rythmera plus nos journées. Avantage indéniable une fois de plus, Lina a déjà des séjours prévus en pension, ceci amoindrit un peu l’émotion.

Nous sommes allés la voir dans sa nouvelle famille, et c’était assez étonnant. Régulièrement, les chiens en famille d’accueil vont passer un ou deux week-ends chez leurs adoptants, en test pour ainsi dire. C’était le cas pour Laïka par exemple, qui malheureusement a quitté ses maîtres il y a peu de temps.

Dans le cas de Lina, elle avait déjà tellement passé de temps là-bas, qu’elle avait réellement deux « maisons ». Elle nous a fait une fête terrible lorsque nous sommes arrivés, mais lorsque nous nous sommes attablés pour boire un verre, nous l’avons trouvée parfaitement naturelle, calme, posée, attachée à l’endroit, très à l’aise, véritablement chez elle.

Lina avec son nouveau maître, fort sympathique.

NEW_14291

Elle s’est couchée tout près de la table, calme, attentive sans être pot de colle, mais réceptive lorsque nous l’avons appelée.

Lina semble vraiment dans son élément dans cette famille. Nous sommes allés faire un petit tour dans le terrain, afin de réaliser quelques clichés. Lina était à l’autre bout, tout là-bas tout là-bas, alors je l’ai appelée…

Comme vous le savez aussi, Chrystal est revenue, et n’a pas été adoptée définitivement. Mais en quelques jours, un autre couple a été intéressé.

Je disais donc, j’ai appelé Lina, et à ma gauche, se trouvait une haie de thuyas, derrière laquelle est installée un grillage.  Au plus j’appelais Lina, au plus j’entendais un faible « couinement », puis une demande plus franche, puis des aboiements de joie.

Chrystal a été adoptée par les voisins de Lina, qui ont emménagé depuis peu de temps. Bref, les deux chiennes les plus proches que nous ayons connues, ont été adoptées par des gens qui ne se connaissent pas, et qui se sont rendus compte eux-mêmes qu’ils ont adopté les deux chiennes au même endroit. Difficile à croire n’est-ce pas ?

NEW_14292

Nous le savions, mais quelle surprise de voir Chrystal derrière ce grillage, avec toute la tendresse et toute la finesse qu’on lui connaît,. Ses maîtres s’étaient absentés, nous ne sommes pas allés la voir, et avons écourté pour ne pas augmenter encore le malaise. Nous espérons que les deux chiennes pourront passer un peu de temps ensemble, de temps en temps.

NEW_13277

NEW_13247_2

NEW_13174

L’autre nouvelle est la création d’un nouveau parc chez Canicamp. Le troisième, du côté ouest. Côté potager si vous voulez. La majorité des piquets était déjà plantée, quelques jambes de force ont été ajoutées, puis les câbles ont été tendus et enfin, le grillage a été fixé.

NEW_14320

Ce parc n’est pas très grand, environ 600m2, mais il a une véritable utilité. Notre pièce de vie principale est désormais la cuisine (anciennement « pièce de Lucky »), avec la petite cour attenante et le potager. Cette petit cour est fermée et peut donner d’un côté sur le parc n°2, le long de la route, ou sur ce nouveau parc n°3, ou sur…

Attendez, voici une petite vue aérienne, ce sera beaucoup plus simple.

En bleu, le parc n°1, en jaune, le potager et la petite cour, en mauve, le parc n°2 et enfin en rouge, le parc n°3, c’est plus clair non ? Les deux prés sont matérialisés par les lignes blanches. Le pré "est" étant entièrement clôturé, donc accessible aux chiens régulièrement, sous réserve que les chevaux et chèvres n’y soient pas bien entendu.

Canicamp_vue_dessus

Un peu plus de confort donc, pour nos chiens, pour nous, pour les pensionnaires et pour les clients « éduc/comportement ».

Nouveau Parc

NEW_14300

NEW_14302

NEW_14307

NEW_14311

Sinon, tout va bien, nous avons eu la visite le week-end dernier de Mi Ra avec ses chiennes et de Patricia, dans le but de reconnaître les lieux pour un séjour prochain en pension pour les deux… Petites.

Des gens très intéressants, comme on les aime, tolérants, plein de bon sens, un très bon week-end.

NEW_14139

NEW_14101

NEW_14106

NEW_14134

En début de semaine, Elrina O’Brien et Jo sont venus nous rendre visite, des amis, toujours aussi intéressants, drôles et agréables à vivre. Ils habitent loin, un peu trop, alors ils n’amenaient que maintenant le cadeau de noël de la patronne. Elle aime une BD en particulier, « Rahan », alors les artistes n’ont rien trouvé de mieux que de lui offrir l’intégrale. Je crois qu’elle était contente…

NEW_14266
Jo et Elrina.

Copie de NEW_14279
Jo, Arween et Elrina.

Copie de NEW_14281

Sinon, il y a du bois pour l’hiver, et hier, nous avons rentré le foin, 200 bottes, avec les balles restantes, nous sommes tranquille, ou plutôt les juments et les chèvres sont tranquilles.

NEW_14322

Quelques photos ?

Joker, pensionnaire.

NEW_14220

NEW_14223

Iron, pensionnaire.

NEW_14206

NEW_14296

Whisky, pensionnaire.

NEW_14332

NEW_14318

Oiseaux ?

NEW_14207

NEW_14199

Posté par rapata à 18:18 - 01- Chiens à l'adoption - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,